logo

Voir tous les articles

Avec la maladie, il n'y a pas de petites victoires !

COACHING

Giacomo di Falco, psycho-oncologue

Par : Giacomo di Falco, psycho-oncologue

Publié il y a 5 mois

Avec l’apparition de la maladie, et sur le chemin du traitement et ses effets secondaires, il arrive que vous ayez perdu plaisir à réaliser vos activités préférées. Parfois peut-être vous sentez-vous même trop fatigué pour vous remettre à peindre, dessiner, marcher ou encore faire de la musique par exemple. Et le fait de ne plus pouvoir  être “acteur” dans votre vie peut vous donner l’impression de vous sentir diminué, physiquement ou intellectuellement. Cela provoque bien souvent une diminution de l’estime de soi ou une perte de confiance en vous.

Et pourtant !  Il faut que vous sachiez que dans le combat contre la maladie, il n’y a pas de petites victoires. C'est-à-dire que chaque petite chose que vous serez capable de faire dans le sens de ce que vous aimez compte énormément. Il est important de continuer ce qui auparavant vous procurait du plaisir, même si c’est momentanément en de moindres proportions en regard de votre vie avant l’apparition de la maladie. 

Ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité ! Et lorsque votre attention est focalisée sur une activité qui vous procure du plaisir, même pendant un temps court, votre cerveau est dans un état particulier qui lui permet de se “reposer”, en évitant par exemple la surchauffe à cause d’éventuelles angoisses.

Pensez alors à vous challenger sur les activités que vous aimiez faire, dans lesquelles vous vous sentiez à l’aise, et vous vous sentirez vite progresser. Par exemple, si auparavant vous aimiez marcher 10 km par jour, commencez par évaluer ce que vous êtes capable de faire aujourd’hui. Il  vaut mieux marcher 500 mètres ou même 200 mètres que pas du tout ! Ce qui compte c’est de vous donner des objectifs et de vous y tenir. Vous vous sentirez avancer, et cela fera grand bien à votre moral.

Comme je le dis souvent à mes patients, “si vous voulez vous rendre à Nantes, il vaut mieux partir vers Nantes à pied à 5 km/h plutôt que vers Strasbourg dans un bolide qui file à 200 km/h !”

Et encore une fois, ce qui compte dans cette façon d’appréhender les événements, c’est de vous sentir acteur dans votre vie ; votre parcours médical peut être très prenant, et peut vous donner parfois l’impression de ne plus rien choisir de ce qui  vous arrive, d’être passif sur la voie des nombreux examens, des bilans, ou encore des différentes cures de radiothérapies ou de chimiothérapies. Vous replonger petit à petit dans ce que vous aimez faire,  c’est récupérer un peu tous les jours un rôle d’acteur dans votre vie, c'est-à-dire en reprenant les commandes de votre existence, quand tout semble vous échapper. Cela se travaille simplement et tranquillement, en réalisant de petites choses chaque jour, car ce sont toutes ces petites choses qui composent les plus grandes.

Et  vous, que pourriez-vous faire de tout petit aujourd’hui qui va dans le sens de ce que vous aimez et que vous avez vraiment choisi par vous-même ?"

Giacomo Di Falco

share