logo

Voir tous les articles

Si tu es fumeur et que tu as plus de 45 ans, cet article est pour toi !

CONSEIL

Vik

Par : Vik

Publié il y a 7 mois

Connais-tu la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ? Derrière ce nom savant se cache une maladie respiratoire chronique qui est depuis 2019 la troisième cause de mortalité dans le monde ! Elle concerne en très grande partie les fumeurs de plus de 45 ans, mais reste très longtemps non diagnostiquée car les symptômes sont assez communs et elle évolue sans se montrer pendant longtemps. Tous les détails dans cet article !

Comment savoir si cette maladie respiratoire te concerne ?

Cette maladie respiratoire évolue sans se montrer pendant longtemps. 

Les premiers symptômes apparaissent vers 45 ans. Comment savoir si tu es concerné.e ? 80 % des cas sont liés au tabac ou à l’exposition à des particules dangereuses qui endommagent les poumons, notamment en milieu professionnel.

Les symptômes commencent par une toux de plus en plus fréquente, tu peux ressentir le besoin de cracher au réveil. Puis tu peux ressentir un essoufflement, seulement pendant l’effort au début, puis de plus en plus souvent, jusqu’à te gêner dans ton quotidien.

Alors si tu as plus de 45 ans, que tu fumes et as plusieurs de ces symptômes, je te conseille d’aller consulter ton généraliste et de lui demander de faire un test : la spirométrie qui permettra le diagnostic de la BPCO.

Le diagnostic : BPCO or not BPCO ?

Pour examiner la situation, ton médecin va d’abord te poser des questions. Il peut te demander si tu fumes, si tu te sens essoufflé, si tu tousses, si tu craches…

Ensuite, il va te prescrire une spirométrie, un test de la respiration à réaliser auprès d’un pneumologue ou d’un médecin généraliste. C’est la meilleure manière pour diagnostiquer la BPCO. Ce test est rapide et indolore : il suffit de souffler le plus fort et le plus longtemps possible dans un tube. Au bout du tube, la machine analyse le temps et le volume d’air de ta respiration. Si les voies respiratoires sont endommagées, réduites ou obstruées, la spirométrie va le révéler !

D’autres tests comme une radiographie pulmonaire (une photographie radio des poumons) peuvent compléter celui-ci, afin d’évaluer la gravité de la BPCO.

Comment réagir ?

Si tu es touché par la BPCO, voilà ce que tu peux faire pour aller mieux : 

-        Arrête de fumer. Le tabac est la principale cause de cette maladie.

-        Éviter les infections. Attention au contact des personnes enrhumées ou grippées. Tu peux te faire vacciner contre la grippe, porter un masque et te laver les mains régulièrement si tu as été au contact d’autres personnes.

-        Bien aérer ton domicile, sauf si ton lieu de résidence connaît un pic de pollution.

-        Pratiquer du sport, pour entraîner le souffle : la marche, la course à pied et le vélo sont de bonnes pratiques sportives pour entretenir ton souffle. 

-        En parler à tous les médecins qui seront amenés à te soigner, pour éviter les contre-indications de médicaments.

Que pourrait te prescrire ton médecin ?

Si tu es touché par la BPCO, voilà ce que ton médecin peut te prescrire pour ralentir l’évolution de la maladie :

-        Des médicaments facilitant la respiration : des broncho-dilatateurs. 

-        Des séances de kinésithérapie pour travailler ton souffle

-        Un vaccin contre la grippe, car elle est bien plus dangereuse en cas de BPCO

-        De l’oxygénothérapie, c’est un traitement indolore qui consiste à faciliter l’accès à l’oxygène pour ton corps (on a recours à ce traitement pour les cas de BPCO les plus avancés).

Tu n’es pas seul ! 

Si aujourd’hui on ne guérit pas de la BPCO, il est très simple d’éviter cette maladie ou d’atténuer les symptômes en évitant de fumer. Si tu es concerné par la maladie ne reste pas seul.e, il existe des solutions pour t’aider au quotidien, comme l’association Santé Respiratoire France et l’application gratuite Vik BPCO qui répond à toutes tes questions sur la maladie (sur iOS et Android).

En espérant t’avoir aidé,

Avec tout mon amour,

Vik

Sources :  

share