Voir tous les articles

Comment aider un proche dépressif ? 

CONSEIL
Vik Dépression aux côtés des patients

Par : Vik

Il y a 19 jours

Quand un proche nous fait part d’idées noires, d’intentions suicidaires, il peut être difficile de savoir réagir. On a envie de protéger la personne qu’on aime, et en même temps on peut se sentir impuissant. Pour t’aider, j’ai rencontré Giacomo Di Falco, psycho-oncologue au CHU de Lille, voici ses conseils.  

1. Avant tout, repérer l’isolement et le réduire 

La première chose à repérer est l’isolement de la personne. Si ton proche est plutôt isolé, tu peux faire en sorte qu’il le soit moins pendant une période. L’isolement est une cause importante de la dépression et il s’entretient lui-même : plus on est isolé, moins on va bien, et on s’isole encore plus.  

Si tu as repéré de l’isolement, il y a une méthode simple à mettre en place pour aider. C’est la méthode ALEC : Ask, Listen, Encourage action et Check in. Quatre conseils, utiles et facilement applicables pour accompagner, en tant que proche, une personne qui ne se sent pas bien et qui a des idées noires. Voici comment faire : 

2. Ask : demander “est-ce que tu vas bien ?”  

Essaie de rester détendu et amical dans ton approche. Tu peux aider ton proche à s’ouvrir en lui posant des questions comme “Comment vas-tu ?” ou “Que se passe-t-il en ce moment dans ta vie ?”. Pour alimenter la discussion, tu peux mentionner des éléments spécifiques qui t’inquiètent : “Tu me sembles moins bavard que d’habitude”.  

Si ton proche ne souhaite pas se confier, ne te formalise pas. Il vaut mieux éviter de critiquer quelqu’un qui est déjà en difficulté. Tu peux lui dire que tu es préoccupé.e par son comportement et que tu t’inquiètes pour lui ou elle. Tu peux lui dire “Appelle-moi si tu veux en discuter” ou “Est-ce que tu as quelqu’un d’autre à qui tu préférerais en parler ?”.  

Si la personne ne verbalise pas son mal-être, c’est peut-être que le risque de passage à l’acte est plus élevé. Dans ce cas, tu peux proposer un autre mode de communication, en proposant par exemple de vous écrire par mail ou par SMS. Certaines personnes sont plus à l’aise avec un autre moyen de communication.  

3. Listen : écouter avec un esprit ouvert 

C’est important de considérer avec sérieux ce que confie un proche. Pendant qu’il t’explique son ressenti, écoute-le avec attention sans l’interrompre ou précipiter la conversation. Si tu ne comprends pas tout, évite le jugement et reconnais tout simplement que c’est un moment difficile pour lui ou elle. Si ton proche a besoin de temps pour réfléchir, essaie d’être patient pendant qu’il formule sa pensée. Tu peux l’encourager en lui disant par exemple “Comment te sens-tu ?” ou “Depuis quand ressens-tu ce mal-être ?”.  

Montre-lui que tu l’as écouté avec attention en reformulant ce que tu as entendu, tu peux aussi lui demander si tu as bien compris. L’important est que ton proche en difficulté se sente écouté et compris, sans jugement. C’est déjà une aide énorme !  

4. Encourage action : Encourager l’action, même la plus petite 

À cette étape, il faut comprendre que le fait de subir sa vie sans être dans l’action est une cause et un symptôme de la dépression. Se “laisser porter” est un phénomène classique quand on ne va pas bien. Et pour sortir de cet état, il est très efficace d’amorcer une action, même toute petite. Le principe est simplement de faire quelque chose pour aller mieux.  

Dans ce sens, tu peux encourager ton proche pour qu’il réfléchisse et agisse pour s’en sortir. Voici quelques phrases que tu peux lui dire :  

  • “Qu’as-tu fait dans le passé pour gérer des situations similaires ?” 
  • “Comment puis-je te soutenir ?” 
  • “Qu’est-ce que tu peux faire pour prendre soin de toi, qui te donne envie, quelque chose d’agréable ou de relaxant ?” 
  • “Quand je traversais une période difficile, j’ai essayé ceci… ça pourrait peut-être t’aider aussi ?” 

Si ton proche présente un état inquiétant pendant plus de deux semaines, tu peux l’encourager à consulter un professionnel de santé, en lui disant par exemple : “ça peut être utile que tu contactes quelqu’un qui peut te soutenir. Je peux t’aider à trouver la bonne personne à qui parler.”  

Si ton proche refuse de prendre un rendez-vous avec un professionnel de santé, il vaut mieux respecter sa volonté. Tu peux toujours lui donner le contact clé en main, proposer ta présence au rendez-vous. Mais évite de prendre rendez-vous pour la personne car ça renforce l’inaction de la personne. Une thérapie commence par un engagement personnel.  

Dans un groupe social, on s’influence les uns les autres. Si ton proche ne va pas bien mais qu’il ne peut pas ou ne veut pas être accompagné d’un professionnel de santé, toi tu le peux. Et ça aura des répercussions positives. En étant accompagné, tu vas avoir des clés pour aller mieux, et ainsi tu aideras ton proche à aller mieux. En psychologie, c’est ce qu’on appelle l’approche comportementale systémique. Cette approche fait partie des thérapies brèves, c’est-à-dire qu’elle peut être efficace rapidement.  

5. Check in : Prendre des nouvelles quelques jours après 

Tu peux prévoir un rappel dans ton agenda pour prendre des nouvelles de ton proche quelques jours après votre discussion. Par exemple, en lui disant : “J’ai pensé à toi et je voulais savoir comment tu allais depuis notre dernière conversation”.  

Tu peux lui demander s’il a trouvé une façon de gérer la situation. S’il n’a pas de solution, ne le juge pas, ton proche a peut-être simplement besoin d’une oreille attentive pour le moment. En restant en contact, tu es là pour lui ou elle. Sache qu’une attention et une sollicitude sincères peuvent faire toute la différence. 
 

C’est tout à fait normal de se sentir confus ou effrayé quand un proche te confie des pensées suicidaires. Mais tu peux l’aider en restant calme et à l’écoute. Tu as du pouvoir pour lui montrer le chemin, et si la charge est trop lourde tu peux lui indiquer un professionnel de la santé mentale. Pour plus d'informations pour mieux vivre en tant que patient ou proche, télécharge le Vik correspondant à la maladie qui est dans ta vie : 

Sources :  

Tous les articles

CONSEIL

Si tu suis plusieurs traitements en même temps, cet article est pour toi ! 

Vivre avec de nombreux traitements occasionne des difficultés à se rappeler de toutes les prises. Voici quelques astuces pour mieux t’en sortir :  

CONSEIL

A quoi s’attendre quand on change de traitement?

Changer de traitement est une étape qui peut être difficile à vivre pour un patient, de la prescription au suivi de ce dernier. Voici quelques conseils pour mieux vivre cette période.

CONSEIL

Je n'ai plus de libido depuis que je suis malade

Découvre le témoignage de notre patient ayant la sensation d'avoir perdu sa libido. Si toi aussi tu es dans son cas, dans cet article découvre les conseils de notre sexologue.

CONSEIL

Comment continuer de s’amuser avec la maladie ?

Dans cet article, je te partage 6 conseils pour continuer à t'amuser malgré la maladie et la douleur ! Prêt ?

CONSEIL

Faire disparaitre les angoisses avec le spleen de la rentrée !

Les vacances sont malheureusement finies. Pour beaucoup, cela signe le retour des angoisses avec le spleen de la rentrée. Dans cet article, je t'aide à gérer tes angoisses pour vivre cette rentrée plus sereinement.

CONSEIL

Comment gérer la fatigue grâce à l’activité physique ?

La fatigue est le symptôme le plus fréquent ressenti par les patients. Heureusement, il existe des solutions pour mieux vivre avec, notamment la pratique d’une activité physique adaptée de façon régulière.