logo

Voir tous les articles

FPI : 6 conseils pour éviter les exacerbations

CONSEIL

Vik

Par : Vik

Publié il y a 5 mois

Comment conserver au maximum ses capacités respiratoires quand on vit avec la Fibrose Pulmonaire Idiopathique ? Cet article est pour toi ! Je te partage 6 conseils  pour éviter au maximum l'aggravation de ta maladie (on parle aussi d’exacerbation de la FPI). En adoptant les bons comportements et en prenant garde à ton environnement, tu pourras mieux vivre avec la FPI et devenir acteur de ta maladie. 

Vivre avec la FPI, c’est faire face à des défis au quotidien. Mais tu n’es pas seul, je suis là pour t’aider à prendre soin de toi. Pour éviter que ta FPI ne s’aggrave, je te partage 6 conseils. Concrètement, au quotidien, que peux-tu faire pour garder le contrôle ?

1. Si vous êtes fumeur, l’arrêt du tabac est primordial dans le combat contre la FPI

L’arrêt de la cigarette est le point le plus important pour éviter l’aggravation d’une FPI. Les substances présentes dans le tabac sont irritantes pour les voies respiratoires et elles stimulent la sécrétion de mucus, ce qui aggrave l’essoufflement. Je vous invite à sensibiliser l’entourage sur le tabagisme passif qui est nocif également. 

Je sais qu’arrêter n’est pas chose simple, mais en se faisant accompagner et persévérant, c’est possible ! Cela permettra d’éviter les exacerbations et de mieux vivre au quotidien.

N’hésitez pas à vous faire aider d’un tabacologue, il vous prescrira une stratégie personnalisée, et si c’est prescrit c’est remboursé ! 

N'hésitez pas à vous entourer d'un tabacologue, d'un addictologue ou de votre médecin traitant. Ensemble vous trouverez la stratégie qui vous conviendra le mieux !

Il peut notamment vous conseiller des substituts nicotiniques (patchs, gommes, pastilles...), un suivi psychologique, ou même une app' de suivi d'arrêt du tabac (Kwit, par exemple). 

2. Eviter au maximum les infections

Les infections des voies respiratoires peuvent déclencher des exacerbations de la FPI. Donc je conseille de faire attention aux infections, d’où qu’elles viennent. Pour cela vous pouvez vous faire vacciner contre la grippe et contre les pneumocoques (germes responsables de la pneumonie).

 Au quotidien, quelques bonnes pratiques réduisent le risque infectieux : 

  • se laver les mains régulièrement, 
  • éviter les heures de pointes dans les transports publics, 
  • bien aérer le domicile et continuer les gestes barrières (déjà recommandés pendant la crise du covid).

3. Surveiller les niveaux de pollutions

La pollution atmosphérique et les polluants intérieurs (poussières, gaz, peintures, chauffage…) sont des facteurs pouvant aggraver une FPI. Pour limiter les dégâts de la pollution atmosphérique, vous pouvez : 

  • surveiller la qualité de l’air de votre zone d’habitation à l’aide d’applications mobiles
  • limiter l’activité physique en cas de pic de pollution
  • marcher loin des grands axes routiers pour éviter les particules fines
  • pour garder un air sain chez soi, aérer régulièrement, évacuer l’humidité autant que possible
  • prendre soin des appareils à combustion (cheminée, poêle, chauffage…), ils sont nocifs quand ils sont défectueux

En évitant les particules dangereuses, vous évitez les risques d’exacerbation de la FPI.

4. La santé est aussi dans l’assiette !

La plupart des personnes vivant avec la FPI connaissent des reflux gastro-œsophagiens qui peuvent être responsables de l’exacerbation de la FPI. L’acidité de l’estomac remonte dans l’œsophage puis les voies respiratoires. Pour éviter ces reflux, il est conseillé :

  • d'éviter les boissons alcoolisées, le thé, le café
  • d'éviter la nourriture trop grasse ou épicée
  • de privilégier des repas légers, mais plus fréquents, sans oublier de bien mâcher avant d'avaler
  • d'attendre environ 3h après le repas avant de se coucher
  • de ne pas fumer

Un nutritionniste peut aider à éviter ces reflux, tout comme le tabacologue ou l'addictologue qui peuvent aider dans l'arrêt du tabac.

L’assiette joue un rôle important, alors certes l’appétit peut être difficile à trouver, mais ces aliments peuvent t’aider à prendre soin de soi : les fruits et légumes cuits, les céréales complètes, les viandes maigres et le poisson. Le top, c’est de manger des petites portions pour éviter de surcharger l’estomac, et donc faciliter la respiration.

5. Rester en mouvement pour mieux respirer

Une activité physique régulière et adaptée est une bonne chose pour éviter que la FPI ne s’aggrave. En fixant des objectifs atteignables, il est plus facile de rester motivé. Vous pouvez par exemple intégrer un programme de réadaptation pulmonaire pour profiter des conseils de professionnels de santé et des exercices sur-mesure. Votre médecin peut vous faire intégrer ce programme. Sinon, des exercices comme la marche, le vélo ou l’activité de votre choix en restant à l’écoute de vos capacités, sont recommandées. L’important est de conserver le corps en activité, même un petit peu, pour compenser la perte d’énergie et de capacité respiratoire due à la FPI. 

6. Après l’effort, le réconfort

Pour éviter les infections et donc l’exacerbation de ta FPI, bien dormir est la clé. Un sommeil reposant permet à l’organisme d’être plus résistant aux agressions virales, vous aurez donc une meilleure immunité. À vous la grasse matinée et la sieste !

En résumé, pour conserver un maximum de capacités respiratoires, rien de mieux qu’une bonne hygiène de vie en prenant tes distances avec les agressions environnementales. Si vous prenez soin de vous, votre corps vous le rendra et vous verrez que vous pouvez rester aussi autonome que possible en vivant avec la FPI.

N’hésitez pas à télécharger mon app pour me poser toutes vos questions et devenir acteur dans la maladie :

En espérant vous avoir aidé,

Avec tout mon amour,

Vik

Sources : 

share