logo

Voir tous les articles

Ces ateliers d’arts plastique qui m’ont confirmé que la créativité est essentielle lorsque l’on est malade

CONSEIL

Camille, patiente experte

Par : Camille, patiente experte

Publié il y a 24 jours

Aujourd’hui, à l’occasion de mon dernier article pour Vik, car j’ai décidé de voguer vers de nouveaux horizons, je te parle des ateliers d’arts plastiques que mène l’association Sur un lit de couleurs. Ils m’ont confortée dans l’idée qu’il est très important de créer pour comprendre et prendre du recul sur son expérience de la maladie. 

 

Créer… pour faire face  

 

Lorsque j’ai reçu le diagnostic de mon cancer à l’été 2019, je me suis très vite demandée ce que j’allais pouvoir en faire. La question peut paraître saugrenue, mais il était pour moi vital de transformer mon expérience afin de l’extérioriser et de lui donner un sens.  

 

Étant directrice artistique de métier, j’ai tout naturellement fait appel aux outils que j’avais pour habitude de pratiquer au quotidien dans mon métier, comme le collage, la peinture, le dessin…  

 

Poser des mots (et des images !) sur des maux m’a fait un bien fou, et la créativité et la création ont été pour moi de formidables compagnons de route pendant ma convalescence et de véritables accélérateurs de guérison. Aujourd’hui encore, ils font éminemment partie de mon équilibre et me font me sentir pleinement vivante. 

 

Créer… même (et surtout !) à l’hôpital 

 

La créativité, c’est également le cheval de bataille de Christine Géricot, enseignante en arts plastiques désormais à la retraite, laquelle a réussi le pari fou d’injecter la créativité à l’hôpital, d’abord en tant que professeure détachée de l’Éducation nationale de 1994 à 2010 et désormais, depuis 2011, au travers de son association Sur un lit de couleurs (www.surunlitdecouleurs.com). Cette dernière propose des ateliers à destination des enfants touchés par le cancer au sein des hôpitaux. 

 

Pendant près de 20 ans, elle a ainsi animé des ateliers d’expression artistique au sein du service de pédiatrie de l’Institut Gustave Roussy, à Villejuif.  

 

Son atelier était comme une invitation, une porte ouverte sur la créativité à destination des enfants, des adolescents, et des jeunes adultes qui y étaient hospitalisés au neuvième étage. Une possibilité de venir exprimer sur une feuille blanche leurs rêves d’enfants, comme une parenthèse bienvenue pendant les traitements, comme un exutoire à la douleur et aux examens médicaux, comme la permission de s’échapper de la maladie un instant et de se réinventer sur le papier.  

 

Contrairement à des séances d’art-thérapie, les productions réalisées par les enfants au sein de l’atelier de Christine étaient complètement déconnectées de toute lecture psychanalytique, sans aucun caractère d’obligation dans le parcours de soins des enfants. Le rôle de Christine était, comme elle le formule, “d’aider ces enfants à créer, en respectant leur sensibilité, de les amener à ce moment privilégié où ils vont se ressourcer, à reprendre contact avec le désir et l’émotion, de les ouvrir à ce quelque chose en eux qu’ils ne connaissent pas.” 

 

Ainsi, au fil des inspirations et des aspirations de Christine comme des enfants, ont émergé des œuvres toutes plus belles et profondes les unes que les autres : des autoportraits à la peinture, des masques en papier mâché, des châteaux-sculptures confectionnés à partir de matériel médical, des fresques ornant les murs de l’hôpital, des carnets de voyages… Le tout exposé dans des lieux prestigieux comme au centre Georges Pompidou ou au musée du Luxembourg à Paris, ou encore restitué dans des ouvrages édités comme “La porte bleue” ou “Sur un lit de couleurs”, afin de célébrer et de rendre hommage à la créativité de ces artistes d’un jour. 

 

Autant de représentations tantôt oniriques tantôt très frontales, vibrantes de sensibilité et de vie, qui permettent aux enfants de s’exprimer, de s’extraire transitoirement de leur quotidien ou de mieux l’appréhender. 

 

Depuis 2011, Christine a fondé l’association Sur un lit de couleurs, qui est le prolongement de son expérience à l’Institut Gustave Roussy et qui propose des ateliers créatifs dans plusieurs unités pédiatriques de France (à l’Institut Bergonié à Bordeaux, au centre hospitalier Alpes Léman, à l’Institut Gustave Roussy…). L’association est reconnue d’intérêt général. 

 

Créer comme respirer 

 

“Le processus de création constitue un espace psychique qui permet de continuer à penser” écrit le Dr Daniel Oppenheim, psychanalyste, qui a travaillé en collaboration et en complémentarité avec Christine Géricot.  

 

En effet, lorsque l’on est confrontés au cancer ou à une maladie grave, lorsque l’on doit faire face à sa propre mort, d’autant plus au travers d’un regard d’enfant, il apparaît indispensable de penser, pour mieux saisir, pour mieux accepter aussi. 

 

“Le processus de création constitue un espace psychique qui permet de continuer à panser” j’ajouterais. Penser pour panser, créer pour guérir, ou à défaut pour aller mieux, par-delà des limites que nous imposent la maladie quelle qu’elle soit, pour se reconnecter à son identité, à ses émotions, et pour mieux cheminer avec elle… 

J’ai eu la chance de rencontrer Christine en personne en mai dernier et nos échanges n’ont fait que me conforter quant à l’importance capitale de la créativité lorsque l’on traverse une telle épreuve existentielle. La découverte de la démarche de Christine et de son association Sur un lit de couleurs, viendront sans aucun doute nourrir mon propre travail artistique et les ateliers créatifs que je mène à destination des personnes touchées par le cancer, au travers de Cancer, qu’en faire ? 

Les 3 bonnes raisons de s’intéresser de plus près à l’association Sur un lit de couleurs de Christine Géricot.

 

Toi aussi, tu es atteint d’une maladie chronique ou d’un cancer ou l’un de tes proches est concerné ? Je te conseille vivement de découvrir cette association : 

  • si tu t’interroges sur le rôle que l’art et la créativité a à jouer dans la traversée d’un cancer ou d’une maladie, 
  • si plus spécifiquement tu connais un enfant qui a un cancer ou une maladie grave et qui peut être intéressé par les ateliers proposés par l’association (elle officie dans plusieurs hôpitaux en France) 
  • si tu veux simplement t’émerveiller face à la diversité et à la beauté des œuvres d’enfants. 

Pour en savoir plus, je t’invite à aller consulter le site officiel de l’association www.surunlitdecouleurs.com. 

 

Prends soin de toi et je te souhaite une bonne continuation ! 

@cancerquenfaire 

share