logo

Voir tous les articles

MICI : Que manger en période de poussée ?

CONSEIL

Vik

Par : Vik

Publié il y a 4 mois

Avec un cas diagnostiqué toutes les heures en France, l’apparition des MICI a doublé en 20 ans chez les adolescents. Il n’existe aucun type d’aliment qui provoque ou aggrave les MICI. Par contre, si tu vis avec une MICI et que tu es en période de poussée, voici quelques conseils pour prendre soin de toi et limiter les dégâts en fonction de tes symptômes. 

Une poussée est une crise de la maladie durant laquelle les symptômes apparaissent. Lors d’une phase de poussées, tu vas peut-être devoir adapter ton alimentation pour limiter les symptômes. L’objectif n’est pas d’avoir un régime strict mais de garder un équilibre nutritionnel tout en réduisant les effets de la maladie. En fonction des symptômes, tu peux adapter ton alimentation pour mieux vivre avec une MICI. 

Ballonnements, flatulences ? La solution est dans la cuisine ! 

Si tu as des problèmes de gaz à cause de ta MICI, tu peux adapter ta cuisine pour préparer les aliments et améliorer tes symptômes. Tout d’abord, il peut être intéressant de réduire les sucres simples et les édulcorants artificiels car ils sont mal absorbés par l’organisme.

Pour adapter l’alimentation, par exemple pour les légumineuses, je te suggère de les faire tremper avant la cuisson et de les cuire plus longtemps. Après la cuisson, les mixer en soupe, potage ou purée réduit les gaz. Note que les lentilles, surtout les lentilles corail, sont plutôt bien digérées par ton organisme. 

Pour les crucifères (cela comprend les choux, les brocolis, les épinards…), tu peux les émincer et les faire blanchir quelques minutes dans l’eau bouillante. Grâce à une cuisson plus longue et en les associant à d’autres aliments, cela réduira la présence de gaz lors de la digestion. 

Enfin, sache que les smoothies et les jus sont recommandés car les fibres sont finement mixées et peu présentes ! 

Perte d’appétit : mets les petits plats dans les grands pour ton palais ! 

En période de poussée, tu dois avoir très mal et pas forcément envie de manger, pourtant c’est crucial. Garder l’envie de manger est primordial pour continuer à s’alimenter, ne pas perdre de poids et rester en forme. Je sais que lorsque l’on n’a pas d’appétit il est difficile de s’alimenter, mais au lieu de se forcer, voici ce que tu peux faire : 

  • Manger uniquement ce que tu aimes. 
  • Fractionner les repas pour faciliter la digestion. 
  • Sélectionner des aliments simples à préparer ET à digérer : 
  • Adapter la texture de tes plats. Si tu digères plus facilement le liquide ou le mou, fais-toi des soupes ou des purées. 

Que faire en cas de diarrhée ?

En cas de diarrhée, il convient de distinguer les solutions en fonction du type de diarrhée que tu connais. 

La diarrhée liquide se caractérise par plus de 3 selles par jour et s’accompagne parfois de sang, de glaires et/ou de gaz. Elle peut être douloureuse, voici mes conseils pour l’éviter : 

  • Bien mastiquer les aliments pour les réduire et les imprégner de salive. 
  • Préférer les soupes, les purées, les veloutés… 
  • Fractionner les repas en petits volumes, même si cela te fait manger plus régulièrement. Mange quand tu as faim ! 
  • Éviter les aliments durs comme les fruits à coques ou les crudités. 
  • Peler les aliments avant de les manger. 
  • Éviter les céréales complètes, elles peuvent provoquer des inflammations. 

La diarrhée grasse se reconnaît par la graisse dans les selles, ainsi que l’abondance et la fréquence de celles-ci. Dans ce cas, il faut limiter les graisses dans ton alimentation, c’est-à-dire : 

  • Éviter les produits laitiers, les viandes rouges, les œufs, les pâtes feuilletées, les sauces grasses. 
  • Tu peux continuer à manger du beurre ou de l’huile mais en petite quantité (une cuillère par repas).
  • Préférer les bonnes matières grasses, comme l’huile de coco par exemple. 

La diarrhée post-prandiale a lieu immédiatement après le repas (moins de 2 heures). Pour limiter ce symptôme, je te conseille de : 

  • Prendre les repas dans le calme et manger lentement
  • Diviser les repas pour manger des petits volumes et multiplier les repas.
  • Ménager ton intestin en évitant les mouvements brusques. 
  • Ne pas consommer d’aliments pimentés, de café ou de boissons gazeuses.
  • Éviter les plats trop chauds ou très froids. 

La constipation : si le tube digestif se bouche ? 

Si tu connais un épisode de constipation :

  • Pense à t’hydrater en buvant beaucoup d’eau (1,5 L par jour) : cela t’aidera à fluidifier tes selles. 
  • Tu peux aussi manger des aliments riches en fibres comme les fruits et les légumes. 
  • Enfin, certaines boissons peuvent accélérer ton transit, notamment le café et le jus de raisin. 

Si la constipation persiste, parles-en à ton médecin ! 

La sténose : un rétrécissement d’une partie de l’intestin

Si tu as une complication spécifique des MICI : la sténose ; un rétrécissement d’une partie de l’intestin en raison de son inflammation chronique. C’est souvent la cause d’occlusions intestinales, c’est-à-dire un blocage partiel ou complet du tube digestif, car les aliments y sont coincés à cause de ce rétrécissement. Voilà mes conseils : 

  • Prendre les repas dans le calme, en prenant le temps.
  • Bien mastiquer longuement pour broyer les aliments et les imprégner de salive, cela facilite leur digestion. 
  • Choisis de préférence des aliments mous comme les smoothies, les jus, les veloutés, les soupes, les purées… Si tu veux conserver certains aliments durs ou fibreux comme la viande, tu peux choisir de les mixer. 
  • Enfin, je suggère d’éviter le pain et les céréales complètes. À la place, tu peux manger du pain blanc, du riz blanc, de la semoule ou de la polenta. 

Carences de vitamines : comment les éviter ? 

En période de poussée, les problèmes d’alimentation et de digestion peuvent amener des carences en vitamines. 

Pour éviter les carences en vitamine B9 certains aliments sont à privilégier : c’est le cas des épinards, de la salade et des haricots blancs. 

Tu trouveras de la vitamine B12 dans les abats, le poisson et les œufs. 

Enfin, pour éviter les carences en vitamine D, il y a plusieurs actions possibles : 

  • Arrêter le tabac
  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée
  • Avoir une alimentation équilibrée en privilégiant le poisson, le lait, le beurre, les champignons et le fromage. 

Des compléments alimentaires sont toujours possibles, mais il n’est pas recommandé d’y avoir recours sur le long terme. 

Je ne conseille pas de suivre un régime spécial au quotidien. En revanche, si tu vis avec une MICI et que tu es en période de poussées, tu peux supprimer provisoirement certains aliments pour améliorer les symptômes (douleurs, gaz, diarrhée, appétit…). Cela varie avec chaque patient donc c’est important : adapte ces conseils à ta situation ! Les régimes stricts peuvent provoquer des carences et des déséquilibres, alors parles-en à ton médecin et ton nutritionniste. Mon meilleur conseil pour toi : garde le plaisir de manger, c’est vraiment ce qui t’aidera sur le long terme. 

En espérant t’avoir aidé,

Avec tout mon amour, 

Vik 

Sources

share