Voir tous les articles

Si tu suis plusieurs traitements en même temps, cet article est pour toi ! 

CONSEIL
Vik Migraine aux côtés des patients

Par : Vik

Il y a 10 mois

Tu vis avec un cancer, une maladie chronique ou un trouble qui nécessite un traitement médicamenteux ? Peut-être que tu as beaucoup de pilules et de comprimés à prendre chaque jour. Il est parfois difficile de s’y retrouver, de n’oublier aucun traitement, et de se rappeler si tu as déjà pris ton traitement aujourd’hui. Tu peux aussi confondre des médicaments, te tromper de voie d’administration ou prendre une dose trop importante. Cela s’appelle l’erreur médicamenteuse. Mais il existe quelques astuces pour l’éviter, je t’en parle dans cet article.  

 1. Tenir une liste de tes médicaments 

Faire une liste de tous les médicaments que tu prends chaque jour ou chaque semaine est une idée toute simple et utile. Dans cette liste, note les caractéristiques qui t’aideront à les différencier : la couleur, la voie d’administration, la maladie concernée, le moment de la prise... ça t’aidera à mieux t’organiser ! Si tu as un doute sur la pilule ou le moment de la prise, tu peux te référer à ce plan personnalisé. De temps en temps, il est important de la tenir à jour et de la montrer à ton médecin. 

Tu peux placer cette liste dans un endroit visible, où tu passes du temps, pour te servir de pense-bête. Si tu préfères, tu peux utiliser un calendrier ou des post-it, tant que ça te permet de noter et ne pas oublier tes traitements.  

Un outil particulièrement utile est le pilulier. C’est une petite boîte dans laquelle tu vas préparer chaque prise de médicaments pour la semaine et par moment de la journée.  

Dans les applications Vik, tu peux utiliser la fonction Rappel de traitement, pour ne plus oublier de prendre tes médicaments.  

Tu peux demander de l’aide auprès d’un proche ou d’une personne qui t’aide à domicile.

2. Lier tes médicaments à un moment de la journée 

Le cerveau fonctionne souvent par association d’idées. Une méthode intéressante pour prendre tes médicaments est d’associer chaque prise à un moment de ta journée. Par exemple, tu peux te répéter “Au petit déjeuner, je prends cette pilule” ou encore “Avant de me coucher, je prends ce traitement”. 

3. Demander de l’aide autour de toi 

Tu peux demander à tes proches (famille, amis) de t’aider dans ta prise de médicaments. Les informer de ton plan de traitement leur permettra de te soutenir, par exemple ils peuvent le faire avec des rappels ou des messages. Si tu as un doute sur une prise et que ton proche est avec toi, tu peux vérifier auprès de lui si tu as déjà pris ton médicament. 

Ton médecin et ton pharmacien sont également des personnes qui peuvent t’aider à prendre correctement tes médicaments. Ils répondront à toutes tes questions et t’aideront à y voir plus clair. Ton pharmacien peut t’aider à préparer ton pilulier. Je t’invite aussi à prévenir ton médecin des changements (surtout s’ils sont désagréables) que tu sens dans ton corps après avoir démarré un nouveau traitement.  

4. Eviter les aliments incompatibles avec tes traitements 

Certains traitements sont moins efficaces si tu consommes certains aliments en même temps. Rendre un traitement inefficace est dangereux pour ta santé, car ta maladie serait moins bien traitée ! Voici quelques aliments à éviter en fonction de ton traitement :  

  • Si tu as un traitement anticoagulant de la famille des antivitamines K, tu dois éviter les aliments riches de cette vitamine : les abats, l’avocat, les brocolis, les carottes, la choucroute 
  • Si tu as un traitement par antihypertenseurs ou corticostéroïdes, la consommation de sel doit être surveillée 
  • Si tu prends des immunosuppresseurs, antiépileptiques ou des antiprotéases, le jus de pamplemousse peut être dangereux car il agit sur le métabolisme du foie et diminue l’élimination de ces médicaments, qui peuvent alors avoir des effets toxiques.  
  • Evidemment, l’alcool est à éviter si tu as un traitement. Certains médicaments peuvent ralentir l’élimination de l’alcool. L’alcool peut diminuer l’absorption de certains médicaments, il peut aussi diminuer la capacité du corps à éliminer le médicament. 

Pour plus d'informations pour mieux vivre en tant que patient ou proche, télécharge le Vik correspondant à la maladie qui est dans ta vie : 

Sources :  

Tous les articles

CONSEIL

Les associations de patients : Informations, accompagnement et partage.

Lorsque nous sommes confrontés à la maladie, nous pouvons ressentir de la solitude et avoir besoin d'un soutien émotionnel et pratique. Les associations de patients sont là pour nous guider, nous informer et nous accompagner dans cette période. Mais, qu'est-ce qu'une association de patients exactement ? Pourquoi est-il utile d'en faire partie ? Comment trouver celle qui correspond le mieux à notre situation ?

CONSEIL

Qu'est-ce qu'une maladie chronique?

Vous vivez avec une maladie chronique et vous souhaitez avoir plus d’informations sur le sujet ? Ne cherchez plus, cet article vous propose une explication claire des maladies chroniques, ainsi que des facteurs qui peuvent en être à l'origine.

CONSEIL

Méditation : L'effet Pygmalion

L'effet Pygmalion, nous donne le pouvoir de renforcer les comportements positifs chez nous-mêmes comme chez les autres. Découvre dans cette méditation de Giacomo Di Falco, psychologue, comment appréhender ce phénomène !

CONSEIL

Quand les préjugés racistes abiment la santé

Les préjugés racistes peuvent avoir des conséquences dramatiques sur la santé des patients racisés, à la peau noire...Dans ce nouvel article, découvre l'impact de ses préjugés sur le quotidien des patients.

CONSEIL

Te rendre heureux est un devoir !

"Tu es toujours aux commandes de ta vie, de tes décisions et non des événements. Cela signifie que c'est toi qui en es responsable et que tu peux cesser à tout moment de te victimiser." Dans cet article, Giacomo Di Falco t'explique pourquoi te rendre heureux est un devoir !

CONSEIL

Comment réussir à maintenir une activité physique adaptée avec la maladie ?

Je m’appelle Eléonore, et j’ai eu un cancer gynécologique qui m’a laissé des séquelles à une jambe, et la pratique d’une activité sportive régulière m’a beaucoup aidée. J’ai eu aussi la chance de devenir Patiente Experte et d’accompagner d’autres patients ; c’est pourquoi aujourd’hui je vais t’aider à choisir une activité physique adaptée à ta maladie.