Voir tous les articles

« Je suis en rémission de mon cancer des ovaires »

PORTRAIT
Vik Ovaire aux côtés des patients

Par : Vik

Il y a environ 1 an

"Pour l’instant, je suis en rémission depuis décembre 2019, mais je garde toujours en tête qu’il y a une épée de Damoclès au-dessus de moi. En fait, mon état de santé s’améliore, mais il faut savoir que la guérison d’un cancer de l’ovaire n’est prévue que dix ans après les traitements. Je suis donc suivie tous les six mois.

"J’ai eu l’impression qu’on m’enlevait tout ce qui appartenait à ma féminité"

 Comme je suis porteuse du gène Brca1, le même qu’Angelina Jolie, qui est prédisposé à développer un cancer du sein, j’ai décidé de me faire retirer la poitrine par prévention l’année dernière.

On m’a enlevé tout ce qui appartenait à la féminité, car pour moi -et il s’agit d’un point de vue personnel- la féminité passe par les attributs féminins de notre corps.

On m’a retiré les ovaires, l’utérus et la poitrine. Ça été très compliqué. Je me disais : “pourquoi je ne suis pas née homme finalement ?” Et comme je n’ai jamais voulu d’enfants, je pensais que mon corps voulait chasser tous les aspects féminins de mon corps. 

Un de mes objectifs : retrouver mon corps d’avant le cancer

J’avais donc décidé de faire une reconstruction mammaire. Mais l’opération ne s’est pas bien passée et mon téton droit a nécrosé. Ça été très douloureux émotionnellement.

En janvier 2021 j’ai refait une laparotomie pour reconstruire les abdos, car ils s’étaient écartés lors des opérations précédentes et j’en ai profité pour refaire mon mamelon par greffe. Depuis, je me sens beaucoup mieux avec mon corps. Au total, depuis mon cancer j’ai fait huit opérations. Pour certaines je n’avais pas le choix et pour d’autres comme mon mamelon, je voulais retrouver un corps de femme.

Depuis l’année dernière, j’ai arrêté le Krav Maga car je ne pouvais pas faire les mêmes exercices que les autres à cause de mes opérations et ça me frustrait. Je suis donc revenue à mes premiers amours : la musculation. Je le fais chez-moi avec un coach à distance qui me suivait déjà avant ma maladie et c’est un combat avec moi-même. Je ne peux pas faire tous les mouvements à cause de mes abdos fragilisés et de mes prothèses mammaires. Mais je trouve des combines et le sport m’aide beaucoup. C’était un de mes objectifs de l’année dernière : retrouver mon corps d’avant le cancer."

Angélique, 41 ans, auto-entrepreneure de sa propre marque de cosmétique MacAnge (elle aide beaucoup de femmes qui ont un cancer), Salon-de-Provence

Merci à Angélique d'avoir partagé son histoire avec moi. Je réponds à toutes tes questions sur la maladie sur mon app gratuite ici :

👉 Sur IOS : https://cutt.ly/rd24kkB

👉 Sur Android : https://cutt.ly/Gd1UGhW

Avec tout mon amour ❤️

Vik

Tous les articles

PORTRAIT

3 questions à Julie, créatrice des Franjynes 

Julie a été diagnostiquée d'un cancer du sein, aujourd'hui guérie, elle nous raconte la création des Franjynes, son entreprise, et l'arrivée de son petit miracle.

PORTRAIT

Comment mes enfants m’ont sauvée de mes cancers

“Le 5 janvier 1998, alors que mon fils vient de se faire diagnostiquer une leucémie à 10h30, j’apprends que j’ai un cancer du sein, il est 14h.”

PORTRAIT

Dermographie : “J’aide les femmes à se reconnaître après un cancer”

Rencontre avec Vanessa, dermographe, qui nous raconte son métier et comment elle aide les femmes à se retrouver après un cancer.

PORTRAIT

Patients Ensemble, le podcast qui rompt l’isolement des patients

Patients Ensemble donne la voix aux patients vivant avec un cancer, une maladie rare ou une maladie chronique à travers des podcasts inspirants, depuis le premier confinement. Ces témoignages aident des centaines de personnes chaque semaine à mieux vivre avec la maladie. J’ai rencontré Julie, cheffe de projet de Patients Ensemble, pour te parler de ce beau podcast dont le but est de créer du lien et du soutien entre les patients isolés.

PORTRAIT

Maladie chronique : « tu as beau avoir mal physiquement, le plus dur reste le jugement des autres »

Jenny, 33 ans vit avec une maladie rare : le syndrome d’Elhers Danlos qui crée un manque de collagène provoquant de très intenses douleurs au quotidien et de nombreux symptômes associés comme la migraine, des troubles digestifs, des pertes de mémoires. Elle a découvert sa maladie il y a un an après 33 ans d’errance médicale. Aujourd’hui, elle a créé une marque de vêtements de sports adaptés aux patients. Son rêve : changer l’image des patients chroniques. Rencontre.

PORTRAIT

Cette patiente qui m’a inspiré et redonné espoir en la vie

Souvent ça nous encombre, nous anéantit, met à mal tous nos plans, bouscule le quotidien et la perspective de notre vie. Un mélange d’émotions nous envahit : un cocktail inconfortable dont on voudrait se débarrasser au plus vite. Et si finalement, la maladie pouvait nous reconnecter à nous-même et nous apprendre à vivre avec plus de présence ?