logo

Voir tous les articles

Connais-tu l'errance thérapeutique?

CONSEIL

Vik

Par : Vik

Publié il y a 2 mois

On entend souvent parler d’errance de diagnostic : toutes ces personnes qui ont des symptômes mais qui ne parviennent pas à mettre des mots sur leurs maux. Certains patients peuvent mettre des années avant de connaître leur maladie, passant de médecins en médecins, ce qui retarde encore plus la prise en charge.

 

Et même une fois le diagnostic posé, ce n’est pas pour autant la fin de l’errance. 

Pour beaucoup de patients atteints de pathologies chroniques, c’est un peu à tâtons que la nouvelle vie avec la maladie s’apprend. Il n’existe pas de « mode d’emploi », ni de « guide ». 

 

Tous ces patients qui ont bien le nom de leur maladie, parfois même un traitement et qui continuent pourtant à avoir des symptômes vivent ce qu’on appelle « l’errance thérapeutique ». 

C’est quand le patient ne reçoit pas le traitement le plus adapté à son cas au bon moment. »

A savoir que dans beaucoup de maladies chroniques, cette errance est “presque normale”. Dans la sclérose en plaques par exemple, cela arrive de continuer d’avoir des symptômes même sous traitement. Ce qui est important en tant que patient, c’est d’en être conscient, de bien les noter et les partager avec son médecin.

 

Si on en entend moins parler de ce type d'errance, ces patients représentent tout de même une grande majorité des patients chroniques. Selon certaines associations, « l’errance thérapeutique est même inhérente à la maladie chronique ». Être patient chronique, c’est devoir inévitablement, naviguer un peu à tâtons. Essayer des traitements, les réajuster, attendre de voir si ça fonctionne, et recommencer. 

 

Pour les patients en errance thérapeutique qui sont soit sans traitement, soit avec des traitements inadaptés, la maladie peut ne pas être bien contrôlée. 

 

Dans le cadre d’une étude menée en interne : 79% des patients interrogés vivent avec une dermatite atopique non contrôlée. 

 

Selon une étude européenne, 47% des patients qui vivent avec le psoriasis n’ont pas consulté de médecin au cours des 12 derniers mois. Et plus de 85% éprouvent le besoin de disposer de meilleurs traitements. 

 

La bonne nouvelle c’est que l’errance n’est pas une fatalité. Si en tant que patient il est difficile de changer le système de santé ou son professionnel, il existe tout de même des solutions pour mieux vivre la maladie.

 

Tout commence par l’information. Comprendre sa maladie est crucial : comment elle fonctionne, ses déclencheurs, ce dont on a besoin pour aller mieux, les traitements et effets secondaires.

 

Une fois qu’on comprend sa maladie, on peut prendre de meilleures décisions, pour sa santé, adapter son mode de vie, poser ses limites, ses questions au médecin...On devient acteur de sa santé.

 

Vik est là pour ça, pour partager toutes les ressources pour mieux connaître sa maladie et sortir de l’errance le plus rapidement possible.

 

Car savoir c’est pouvoir, il est crucial de ne pas attendre d’être en grande souffrance pour aller consulter le médecin. Poser des questions, s’informer, bien suivre ses traitements et aller consulter, voilà ce qui fait un patient engagé !

share